Orientalisme et Angélique

Après de longues recherches répétitives sur le thème et afin de restituer un article agréable à lire, je me suis décidée à le découper, et je ferai probablement la même chose pour les prochaines articles, tant j’ai de choses à raconter!

Ici, je vous présenterai mon costume inspiré du film Angélique et le Sultan de 1969. Ma revue sur les costumes de Rosine Delamare arrivera, lui, dans un second temps, vous pourrez le trouver ICI 😉

Début de l’aventure

Ce n’est que cet été, des mois après le début du confinement et encore plus après la soirée pour laquelle j’ai élaboré ce costume que je me suis dit qu’il vaudrait bien un article afin de le présenter comme il se doit.

En décembre dernier, j’ai eu la chance de pouvoir participer à la soirée Mille et Deux nuits d’Orient, organisée par la Baronne de Paname, bien connue du milieu vintage parisien et même bien au delà, Mélina de son prénom, organise des soirées remarquables prenant place habituelle à la Coupole, dans le quartier historiquement célèbre de Montparnasse pour ses anciennes soirées de bals et ses fameuses vedettes.

Mais quelle idée d’aller à Paris en décembre 2019! Vous vous rappelez sûrement à quel point c’était plus que compliqué de se déplacer jusque là-bas, puis sur place ensuite, où tous les transports étaient à l’arrêt sauf les bus urbains qui seuls assuraient quelques déplacements -peu fiables d’ailleurs- entre les arrondissements. Une galère inconnue au bataillon après plus de 10 ans à arpenter les rues parisiennes pendant mes années étudiantes, je garde un souvenir assez folklorique de ce weekend. Je me rappelle notamment du bus bondé à l’indienne qu’on avait décidé de prendre malgré les warnings sur tout l’itinéraire ratp plus changeant que la météo, depuis gare du Nord jusqu’au plus près du boulevard Montparnasse, de la course effrénée du lendemain pour rattraper les rares bus qui n’étaient pas signalé, tels des mirages urbains, je montais avec mes acolytes; allant gaiement aux puces de Saint Ouen; pour finalement les abandonner après quelques arrêts afin de pouvoir revenir sur mes pas sans que cela ne me prenne la nuit… Et pour finir, la longue marche avec valise qui s’imposait entre l’hôtel et Nation, où une amie m’hébergeait le lendemain. Bon clairement si nous sommes venus, c’est soit par masochisme soit parce que ça vaut vraiment le détour!

Alors petite explication: cette soirée qui avait été mise en ligne sur la page Facebook de la Baronne de Paname, avait été notée sur mon agenda dès sa publication. Peut être ne la connaissez-vous pas, cette personne passionnée recréé des événements de type Bal Pop Rétro dans les lieux historiquement emblématiques de Paris, et pour cette raison est très bien connue du milieu vintage.

Placée juste avant les fêtes de fin d’année, c’était donc une occasion en or de faire notre « entrée », si humble soit elle, et se préparer aux festivités dans un décor et une ambiance comme on en voit rarement, en grande partie grâce aux passionnés qui s’y rendent dans des tenues plus somptueuses les unes que les autres, en témoignent les nombreuses photos d’artistes et participants immortalisant ces événements hors du commun. Cela faisait donc un moment que nous avions prévu de nous y rendre, attendant la bonne occasion, le thème parfait qui saura nous inspirer chacune. Et cette fois c’était l’Orient.

LE PROCESSUS DE CREATION

En termes d’inspiration orientale, plusieurs m’étaient venues à l’esprit dont l’évidente et mystérieuse Shéhérazade, conteuse du roman « Des Milles et une Nuits » dont les gravures diverses fusionnent sur Pinterest, ou encore me venaient en tête des scènes de films des années 50 que j’avais vu plus jeune sur Ciné Classic avec mes parents, éternels abonnés à cette chaîne de Canal Sat pour mon plus grand plaisir! A l’époque je n’avais pas forcément les intitulés des films mais aujourd’hui il est bien plus aisé de retrouver le nom perdu d’un grand classique du cinéma. Le Tigre du Bengale, même s’il traite davantage de l’Asie et notamment de l’Inde ainsi que le Tombeau Hindou tous deux élevés par la beauté et le jeu envoûtant de Debra Paget, me venaient en tête pour leurs costumes somptueux et chatoyants.

Aussi après de longs jours d’hésitation, m’est revenu l’un des films romantiques des années 60 qui m’a le plus marquée petite, et comme je l’ai révélé dans le titre déjà, il s’agit bien sûr de la série des Angélique et notamment du dernier volet « Angélique et le Sultan ».

C’est donc sur cette inspiration de la robe lumineuse jaune soleil qu’elle porte dès le début du film, où la scène démarre dans le désert du Maroc, que j’ai jeté mon dévolu! Et j’étais impatiente de m’y mettre. Tout d’abord, il faut être compréhensif sur le fait que chacun prend des libertés dans la création et que ce n’est pas nécessairement une réplique fidèle du costume du film que je souhaitais faire. Aussi c’était ma première vraie tentative de costume et non de prêt à porter mode. Je me suis ainsi inspirée de différentes tenues qu’elle porte dans le film et j’ai un peu mixé tout ça!

Je me rappelle notamment de la scène où Leila Aïcha tente d’assassiner Angélique avec une autre femme du harem afin de la supprimer du problème que toutes comprennent en sa présence: sa beauté les ecclipse toutes! J’aime d’ailleurs particulièrement cette scène qui donne un vrai dynamisme au film, alterné par les scènes de l’homme chrétien, Colin arrivant à son secours, in extremis.

LE COSTUME

Mais retour à son costume, ici on observe qu’elle porte un top court et un pantacourt assorti, présentant des liserés de broderie et autres ornementations, à connotations orientales.

Je suis donc partie de là dans l’élaboration de mon costume de soirée:

Un top court avec col arrondi devant, liseré de broderie en bas. Pour le bas, c’est là que je suis restée calquée sur sa robe jaune et que j’ai décidé de reproduire une longue jupe taille haute avec un métrage conséquent pour reproduire assez de volume. Pas de dentelle sur la jupe au final par manque de temps mais aussi parce que je pense la réutiliser pour d’autres projets.

Pour le top je suis partie d’un patron de corsage dont je dispose déjà depuis ma formation en couture et j’ai modifié le col afin de le creuser au maximum. Pour la jupe, j’ai d’abord plié le tissu en 4 (dans le biais), et j’ai traçé 1/4 de cercle correspondant (selon mes souvenirs nébuleux) à 1/4 du tour de ma taille + marges de couture + aisance. Ensuite il suffit de découper à la longueur souhaitée en tenant compte de la valeur de l’ourlet.

En ce qui concerne le tissu, voilà mes choix:

  • Satin duchesse jaune
  • Organza doré
  • Dentelle bleue turquoise, dead stock
Photos credits Didier Bonin
Photos credits Didier Bonin

Alors qu’en pensez-vous? J’ai en tout cas hâte de participer de nouveau à des événements et je vais consacrer un costume par film de la série, tellement je suis fan!

Cette année également je vais entreprendre des études en histoire du costume et de la mode, dans le but de mieux comprendre les choix artistiques des costumiers dans le cinéma et la télévision. J’ai hâte de commencer afin de vous faire part de mes avancées et de mon prochain article qui mettra en lumière les choix de la costumière Rosine Delamare sur ce sublime volet de la série!

En attendant, n’hésitez pas à revoir ce grand classique, allez un petit extrait pour vous donner envie !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s